Edito Décembre 2016

La fin de l’année 2016 approche, le combat de coqs politiques est déjà bien entamé, le massacre en Syrie est de plus en plus atroce, la situation climatique ne s’arrange pas et la peur d’un nouvel attentat sur le sol français ressurgit à l’approche des fêtes… La situation générale est particulièrement préoccupante, et il devient particulièrement difficile de se projeter dans l’avenir.

Nos vidéastes adorés sont aussi préoccupés. Pour les mêmes raisons que nous tous, bien sûr, mais aussi pour des raisons plus spécifiques à leur microcosme :

  • Vous n’êtes sûrement pas passés à côté, car beaucoup se plaignent de l’algorithme actuel, de l’onglet tendance abusif (et qui peut même mettre en avant de la désinformation), de désabonnements massifs, mais aussi de l’absence de certaines vidéos dans l’onglet “abonnements”. Beaucoup de vidéastes en parlent, que ce soit sur les réseaux sociaux, ou en vidéo, même le n°1 mondial s’en est plaint. Au milieu de la masse inquiète, Bruce d’E-penser a un tout autre positionnement sur la question (je vous conseille fortement de lire tous les commentaires, en plus, car il s’y trouve des nuances importantes). Face à l’incertitude, la Vidéothèque d’Alexandrie a décidé de ne pas communiquer sur la question (de toute façon les plus gros vidéastes s’en chargent, donc…) Seul l’avenir nous dira de quoi il retourne réellement dans cette histoire.
  • Un projet de loi sur une “taxe youtube” est passée à l’Assemblée Nationale (contre l’avis du gouvernement, d’ailleurs), et certains vidéastes se sont mobilisés pour se raccrocher au wagon déjà existant du financement de la création de vidéogrammes (via le CNC), en demandant aux députés de profiter de cette nouvelle taxe pour financer la création web. Cela a suscité quelques réactions (lire les commentaires), et pas mal de scepticismeLes vidéastes seront-ils entendus, ou le CNC, qui fait ce qu’il veut de son argent, continuera-t-il à financer les vidéastes web toujours à la même hauteur (c’est à dire 0 € par an…) ? La question reste entière, et l’inquiétude de ne toujours pas voir la situation des créateurs avancer malgré les appels est prégnante.
  • Après la cour des comptes, le CSA commence à s’intéresser aux productions web et celà inquiète aussi. La liberté créatrice ne pourra plus être aussi grande, surtout pour les grandes chaînes (les plus visibles).

De tout cela on peut en déduire que tant qu’il s’agit de questions d’argent (la Cour des Comptes, la “taxe Youtube”), de contrôle (l’algorithme, le CSA), ça commence à se bousculer au portillon. Mais lorsqu’il faut reconnaître la qualité du travail fourni, ou aider à la création… il n’y a plus personne ! Nous avons donc l’impression, au sein de la Vidéothèque d’Alexandrie, de faire un travail encore plus important aujourd’hui, même si nous ne pouvons pas pour le moment aider directement à la création (doux rêve que nous entretenons).

Dans l’état actuel du monde, il nous semble salutaire de promouvoir une culture pour tous, accessible et la plus juste possible, afin que chacun puisse avoir le plus de clés en main pour pouvoir juger, décider, avancer. Dans l’état actuel de la production web, pléthorique et dérégulée, la curation que nous effectuons, aussi imparfaite soit-elle, vous permet d’acquérir un socle de connaissance le plus fiable possible, et de découvrir des créateurs de qualité et souvent trop méconnus. Nous trouvons ça important.

Et surtout n’oubliez pas de les partager, afin de participer, vous aussi, à cette démarche citoyenne !

Sur ce, bonnes fêtes à tous, oublions un temps les misères de ce monde, recentrons-nous sur nos proches, sur les plaisirs de la vie. C’est tout aussi nécessaire.

 

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *